UA-16158519-1

Compte rendu avec les autres associations du 20 février 2010

Compte-rendu de la conférence téléphonique du samedi 20 février 2010 avec Barbara (l’Association Allemande) et Massimo (Le comité Italien)

 

Cycles de réunions à Paris : les 2 et 3 février 2010

  • Massimo pense que notre compte-rendu sur le juge d’instruction était trop critique.
  • Nous avons besoin d’établir un dialogue avec la justice et non pas lutter contre elle.
  • Barbara ne fait pas confiance aux experts judiciaires, même pas au  juge d’instruction.
  • John pense que nous devrions attendre le rapport d’experts judiciaires – fin mars – et demander des contre-expertises, si nécessaire.

Création d’un Groupe de travail : expertises et coordinations

  • Massimo souhaite une coordination entre les experts légaux et techniques des 3 Associations.
  • John a mentionné  qu’il y a déjà une coordination entre les Allemands et les Français en cours, par Robert et Françoise.
  • Massimo va essayer d’assister à la réunion allemande qui aura lieu le 13 mars 2010.
  • Massimo va envoyer une proposition de coopération à l’expert – Professeur Hertig – et à Robert.

 

Le comité italien est en contact avec le Ministère des Transports Italien (dont un de leurs experts travaille avec le BEA) et le Ministère des Affaires Etrangères.

Le gouvernement allemand a refusé d’aider l’Association Allemande.

L’Association Allemande va accuser le Ministère des Transports Française de complicité dans l’accident (Barbara est censée de nous envoyer une copie de la lettre qu’ils écrivent au Ministère).

 

31 mai 2010

Massimo propose que les 3 Associations (ainsi que l’Association brésilienne ?) organisent un événement pour la journée du 31 mai entre 15h00 et 17h00 ou 14h00 et 18h00 et souhaite probablement que la presse soit présente.

 

Le BEA

John a donné un compte-rendu de la réunion du 17 mars 2010 pour les Allemands et les Italiens

 

AIR FRANCE

  • Sur l’organisation d’une cérémonie pour le 1er juin 2010 par Air France, Massimo nous fait confiance pour discuter des détails, à sa place, avec Air France.
  • Barbara ne souhaite aucune organisation d’événement pour elle-même de la part d’Air France sans qu’elle soit impliquée.

John dit que la présence physique de Barbara à Paris sera compliquée dans cette affaire et propose que Barbara passe par Françoise pour ces contacts avec Air France sur la cérémonie.

 

Conclusion

1) Il faut rester en bon terme avec le juge d’instruction; ne pas le critiquer en attendant les rapports d’experts judiciaires vers la fin mars 2010,

2) Il faut créer un groupe de travail technique et légal en commençant par une liste de contacts.

 

c9ea41052351b70505798816d3dfb13arrr