UA-16158519-1

Ce n’est pas tellement l’attente qui est pénible, mais le manque de réponses à nos demandes

Les avocats de l’association seront reçus demain après-midi 21 octobre 2015 en audience au palais de justice afin de faire appel du rejet de notre dernière demande d’acte par la juge d’instruction, Mme Kheris.


Notre attente porte d’une part sur la nécessité d’obtenir un complément d’enquête pour mieux identifier les représentants ayant commis des fautes, qui engagent la responsabilité d’Air France et d’Airbus dans le crash de l’AF447. L’identification de ces organes est particulièrement lacunaire s’agissant d’Airbus, et manque de précisions pour Air France. Or la jurisprudence incite fortement à identifier des représentants qui auraient « créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n’ont pas pris les mesures permettant de l’éviter » (extrait du code pénal).
Dans des termes plus clairs, le risque d’un non-lieu sera sérieusement à craindre si ce travail de recherche n’est pas réalisé par la justice de notre pays.

L’autre aspect de notre demande porte sur la nécessité de nous répondre enfin sur les raisons qui ont déclenché entre 2008 et 2009 le givrage des pitot. Durant l’été 2008, Airbus a modifié certains calculateurs affectés à sa chaîne de dégivrage et 4 compagnies aériennes ont exigé une solution immédiate pour remédier à ce problème potentiellement catastrophique.
On connaît la suite, les autorités et le constructeur ont attendu que le vol Rio-Paris termine dans l’océan Atlantique pour enfin s’occuper sérieusement du sujet en prenant la décision d’interdire la pitot Thalès AA.  Le procès devra nous permettre de comprendre s’il s’agissait d’attentisme, d’incompétence, d’irresponsabilité…
Nous sommes particulièrement excédés que, depuis 6 ans, on nous refuse d’expliquer pourquoi ces sondes se sont mises tout à coup à se boucher en 2008. Alors, une fois de plus, nous demanderons demain, pourquoi la modification de la chaîne de dégivrage apparaît en même temps que l’émergence des givrages de pitot.

b3cf7942c9c94707098b3b9175d3b405,,,,,,,,,,,,,